2018, cap sur l’équité sociale

Député de Lot-et-Garonne

2018, cap sur l’équité sociale

La législature 2017 aura été l’une des plus réformatrices avec de grands projets de lois que nous avons adoptés à l’Assemblée nationale : EGALIM pour protéger notre agriculture et notre alimentation, égalité femmes-hommes, un projet de loi de finances ambitieux qui remet au coeur du fonctionnement du pays la valeur du travail en permettant, grâce à la hausse de la CSG, à tous les salariés, de voir leur pouvoir d’achat augmenter, la suppression de la Taxe d’habitation qui profitera à 80% des Français, l’augmentation des minimas (AAH, Minimum vieillesse…) mais aussi la sortie de l’Etat d’Urgence pour une loi qui garantit la sécurité de nos concitoyens, la loi PACTE pour aider nos entreprises à s’adapter à l’économie mondiale, la réforme du parcours universitaire, les ordonnances de la loi Travail, la réforme de la formation, pour permettre à tous de s’adapter au marché du travail, la priorité à l’Education ou encore une prise de conscience sans précédent des grands enjeux climatiques.

La rentrée 2018 est celle qui, après une année consacrée à la fiscalité et à la relance de l’économie s’attaque à l’équité sociale, avec le Plan Santé présenté par la Ministre Agnès Buzyn, le Plan Pauvreté qui verra 8 milliards consacré à promouvoir l’égalité des chances pour tous les Français et la poursuite de la lutte contre le chômage.

Dans notre département, la mobilisation des élus, toutes tendances politiques confondues a démontré que nous pouvions trouver des solutions en travaillant ensemble : c’est le cas pour le Lac de Caussade que nous défendons tous, pour le maintien de la TO/DE pour les agriculteurs, de la dépollution du site de Fumel qui sera un chantier colossal…

J’entends aussi les contestations. Celle du tiers des retraités Lot-et-Garonnais impactés par l’augmentation de la CSG, mais qui verront aussi leur pouvoir d’achat augmenter avec la suppression progressive de la Taxe d’habitation, le zéro reste à charge sur les appareils auditifs, dentaires et oculaires. Des automobilistes, contre la limitation à 80 km/h, contre l’alignement du prix du diésel sur l’essence, ou encore des cheminots, inquiets pour l’avenir de la SNCF mais que la réforme votée en avril permettra de renforcer et de protéger des déficits records enregistrés jusqu’ici.

La rentrée parlementaire annonce aussi la future réforme des retraites. J’y travaille en tant que rapporteur spécial, depuis plus d’un an avec Jean-Paul Delevoye. Il s’agira d’un système universel qui remplacera les 42 régimes de retraite existants. Seuls ceux qui sont à plus de cinq ans de la retraite seront impactés. Les retraités et les personnes proches de la retraite continueront à s’inscrire dans l’ancien système. Le passage au régime universel par points devrait se faire via une phase de transition. Au plus tôt à compter du 1er janvier 2025, les droits acquis seront transformés en points. Nous veillerons à ce que cette conversion puisse se faire sans aucune perte de droits. C’était notre engagement de campagne.

Ces mesures, nous devions les prendre. S’intéresser enfin à l’avenir plus qu’à notre popularité.
C’est pour cela qu’en 2017, les Français nous ont élus : parce que, comme beaucoup de mes collègues, avant d’être un député, je suis issu de ce qu’on appelle la société civile, que je suis avant tout un homme du terrain.